Nombre total de pages vues

vendredi 21 décembre 2012

Alléluia!



 
 Carella pianote sur sa machine à écrire un rapport de cambriolage. “Vol à main aimée”, dérape-t-il, l’esprit ailleurs. C’est le soir de Noël et on a du mal à imaginer le pire. Pourtant le calme est de courte durée. Les inspecteurs surgissent les uns après les autres dans un tourbillon qui ramène l’écume d’une violence ordinaire à Isola. Deux dealers et leur sac d’herbe, un voleur noir et son butin de pierres précieuses, un gamin et son mouton volé au zoo, un jeune Portoricain et sa compagne extrêmement enceinte. 

Aussitôt, on comprend que sera respectée la légende qui veut qu’un enfant soit né cette nuit-là. Un petit cadeau calibré pour les fondus de polar.

Veille de noël au 87ème district - Ed McBain - Traduit de l’américain par Jacques Martinache - Presses de la Cité - 46 pages en coffret – à partir de 6,49€ sur site de vente en ligne.
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche – 24 décembre 2000








jeudi 20 décembre 2012

Hôtel du Nord


Trois bouquins posés sur la table de chevet pour une traversée vers les lumières froides et les sonorités rugueuses. Norvège, Islande, Suède, trois escapades, trois nuitées, trois étoiles. Taxe de séjour: quarante-huit euros et soixante centimes.
 
 
 
NUIT 1: LA COMPLICITÉ DU GEL
 
Premier roman d'un Norvégien qui a obtenu le prix des Libraires pour ce polar, chronique réussie d'un village où l'hiver est une saison de l'âme.
 
 
 
 
 
 
 Dans les polars venus du Nord, on ne résiste pas dans un premier temps à cette étrangeté climatique, cet au-delà du froid qui ne correspond à rien de connu sous nos latitudes. Une partie de la Scandinavie se situe au-dessus du cercle polaire alors que l'Islande flirte avec cette frontière naturelle. Près de 80 pour cent des 5 millions de Norvégiens habitent le sud où se concentrent les villes mais la plus grande d'entre elles, Oslo, a une population inférieure à celle de l'agglomération bordelaise. Cette confédération de villages ancrés autour des lacs et des fjords abrite des hommes silencieux, adeptes d'un christianisme austère. C'est le deuxième temps de la fascination, l'homme des saunas courant nu dans la neige entre deux sermons du pasteur. Un portrait mythique bien-sûr, mais les éditeurs français ont compris sa puissance exotique. Cet arrière plan social et religieux s'impose à la lecture du premier roman publié en France de Levi Henriksen.
 
 Son héros, Dan Kaspersen, revient dans son village après un détour par la case prison pour une affaire de trafic de drogue. Dans la ferme familiale, plus rien ne peut le retenir: ses parents sont morts, son frère s'est suicidé un peu avant sa sortie de prison, une machination le réduit à son statut de criminel et semble lui interdire une réintégration au sein d'une  communauté, complice par son silence du gel qui assiège les mémoires. C'est donc une histoire de rédemption contrariée que nous raconte Henriksen. D'abord par la culpabilité que Kaspersen éprouve vis à vis de la mort de son frère Jacob, ensuite par les enjeux de classe qui le séparent des notables. En revisitant ses souvenirs, il nous permet d'appréhender le fonctionnement tribal de ses sociétés villageoises: luthériens contre pentecôtistes, riches contre pauvres, Bible contre Bible. Henriksen déploie son intrigue policière avec habileté en la nourrissant d'une chronique de la vie paysanne d'où émerge le portrait réussi et très attachant d'un homme de bonne volonté.
 
Du sang sur la neige – Levi Henriksen – Presses de la Cité – 355 pages – 21€ - ***
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche – 24 octobre 2010
 
 
 
 
 
NUIT 2: NOIR D'ISLANDE
 
 
 
 
 
 La particularité du roman nordique, c'est cette lenteur qu'on retrouve dans des atmosphères plus proches de Simenon que de l'effervescence stylistique de James Ellroy. Depuis la Cité des Jarres, on sait que l'Islandais Arnaldur Indridason appartient à cette famille d'écrivains. Il y a le froid et l'arrière-plan presque dépressif de cet hiver arctique mais sa singularité tient peut-être autant à la proximité des pôles qu'au caractère insulaire de son œuvre. La géographie commande le style. On imagine Reykjavik comme un village où les destins se séparent la nuit venue derrière la buée hostile des carreaux. Les âmes repliées sur une chaleur capitalisée en secret déclinent leurs sentiments avec parcimonie. Au cœur de ce monde clos flanqué de brumes, l'exhibitionnisme dénote un manque de savoir-vivre.
 
 Jamais consolé de la mort de son frère dont il se sent responsable, le commissaire Erlendur est le flic le plus malheureux du monde. Son humanité bien réelle transpire sans s'ébruiter. Incapable d'étreinte, il nous plonge avec lui dans un désespoir sans nom. Parce qu'on l'aime, Erlendur. Il est bien le seul à comprendre le chagrin des mères. A saisir le désarroi d'une population immigrée que les indigènes méprisent. A écouter loin dans la nuit les pleurs d'une femme au téléphone. A réussir le pari de demeurer, livre après livre, ce héros désenchanté qui nous enchante.
 
Hiver Arctique – Arnaldur Indridason – Métailié – 335 pages – 19€ - Point Seuil - 7,60€ - ***
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche – 29 mars 2009
 
 
 
 
 
 
 
NUIT 3: HÔTEL DU NORD
 
 
 
 Une lumière froide et cette sensation que les nuits seront interminables imprègnent Winter, le bien-nommé, commissaire de la police criminelle de Göteborg en Suède. Ce flic hivernal qui rêve aux nuits d'été sur la Costa del Sol, traque avec une lenteur assumée l'assassin d'une jeune femme retrouvée pendue dans une chambre d'hôtel. Le souvenir d'une autre disparition, dix-huit ans plus tôt au même endroit, le persuade d'un lien mystérieux entre les deux affaires. Un clair-obscur très maîtrisé.
 
Chambre numéro 10 - Ake Edwardson - 10/18 - 500 pages - 8,60€ - ***
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche - 16 novembre 2008



 

mercredi 19 décembre 2012

Un sage en hiver

 
 Dans La ville de Göteborg, on a sorti les Pères-Noël et suspendu les guirlandes mais les enfants ne sont pas forcément à la noce. Le prédateur qui sévit près des garderies se contente dans un premier temps de promener les bambins et de les ramener sains et saufs. Malgré les bouffées de tendresse qui le submergent, on devine que ça ne saurait durer. Winter, le flic sage, fait son boulot, et le talent d'Edwardson, c'est de nous entraîner gentiment en enfer. Là où les bonnes intentions finissent de se ruiner.
 
 
Le ciel se trouve sur terre – Ake Edwardson – Traduit du suédois par Marie-Hélène Archambeaud – 10/18 – 503 pages – 9,10€ - ***
Lionel Germain


 

mardi 18 décembre 2012

Fais-moi mal!

 
 
 Ça démarre façon thriller dans les catacombes de Paris où l'aliéniste Simon Bloomberg semble pris au piège. Les lecteurs qui ont déjà fréquenté ce héros très original savent qu'il préfère sa "cour des miracles" et sa charmante gouvernante, la jeune anglaise Sarah Englewood, à la violence spectaculaire. C'est pourtant la violence, violence incontrôlable ou violence conjugale, dont il tente de résoudre les mystères avec ses pauvres armes d'aliéniste du dix-neuvième siècle. Gothique et passionnant.
 
 
 
 
Vienne la nuit, sonne l'heure – Jean-Luc Bizien – 10/18 – 380 pages – 8,80€ - **
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 16 décembre 2012
 
 

Morgue pleine

 
 
 
En juillet 1888, Paris est un "océan de goudron noir" sous lequel fourmillent les âmes perdues. La morgue expose les cadavres en vitrine et les Parisiens s'en réjouissent. En obtenant une place de gouvernante chez Simon Bloomberg, l'aliéniste à la barbe bleue, une anglaise affronte l'inquiétante étrangeté. Spiritisme, derniers élans romantiques de poètes suicidaires dans une fin de siècle qui cherche à rationaliser son épouvante, Jean-Luc Bizien excelle dans le gothique.
 
 
 
 
La chambre mortuaire – Jean-Luc Bizien – 10/18 – 430 pages – 8,60€ - ** -

Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 28 juin 2009
 
 

 

Talisman

 
 
 
 Après une première aventure de l'aliéniste Simon Bloomberg et de sa gouvernante Sarah Englewood, Jean Luc Bizien nous invite à une promenade très documentée dans le Paris de l'Exposition universelle. Le village nègre, Buffalo Bill, la chasse aux bisons, le Pony express, on s'y croirait. Au cœur de ce tourbillon très festif, un tueur mutile ses victimes à la manière des sectes criminelles du Moyen-âge. Un nouveau défi pour Bloomberg et sa jeune assistante.
 
 
La main de gloire – Jean-Luc Bizien – 10/18 – 253 pages – 7,90€ - **
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 11 octobre 2009

lundi 17 décembre 2012

Effets de manche

 
Avocate pénaliste, Hannelore Cayre dépeint sans complaisance les coulisses des prétoires.
 
 
 
 Si Hannelore Cayre l'a baptisée "fable judiciaire", c'est sans doute que sa dernière histoire contient une morale, ou qu'elle flirte avec ces animaux merveilleux qui parlent comme des hommes mais ne sont en apparence que des renards et des crapauds. Ou encore que le roman se prêtait mal à cette mise-en-scène un peu forcée dans un haut lieu de la mythologie gaulliste, Colombey-les-deux-églises, pour faire se courtiser le monde de la justice et celui du cinéma.
 Dans cette cour d'assises de Haute-Marne dont le président est surnommé le boucher va se jouer une véritable pièce de théâtre. L'accusé est un jeune homme charmant, braqueur d'une douzaine de banques à ses moments perdus. Son avocat en fin de carrière n'aspire qu'à une retraite loin des palais de justice. Par chance pour cet avocat, un comédien lui aussi périmé mais recyclé par sa femme dans la présidence des festivals d'arrière-province, va profiter de l'Article 275 et devenir "à titre exceptionnel" le conseil du jeune délinquant. L'occasion d'un dernier feu d'artifice théâtral pour la légende du petit écran. Comme au cinéma, la justice est une illusion bavarde et un rituel de faux-semblants.
 Une fable bien-sûr, dans laquelle l'auteur donne quelques coups de griffes. Notamment à la braderie communicante, là où rien ne circule mieux dans le vide abyssal des réseaux que la pensée rabotée par le gazouillis luminescent des tweets et le vertige des "lol".
 
Comme au cinéma – Hannelore Cayre – Métailié – 220 pages – 17€ - ***
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 16 décembre 2012
 
 
A lire également dans Sud-Ouest
 
 
 

vendredi 14 décembre 2012

Les princes rouges

 
Changement à la tête de la République populaire de Chine. Mais qui sont vraiment les Princes de Pékin? Le polar est l'encyclopédie du rêve (aucun rapport avec le rêve encyclopédique) et la seule chose qu'on ne peut pas reprocher au rêve, c'est son manque de vérité.
 
 
 
 Fidèle à la tradition du roman noir américain, Andy Oakes utilise une intrigue policière classique (le viol et le meurtre d'une prostituée) pour démontrer les effets dévastateurs de l'économie de marché dans un pays totalitaire. Le miracle de Shanghai est autopsié tout au long de cette enquête qui le réduit à sa ténébreuse origine, dans les villas cossues des princes de l'Armée Populaire de Libération. Sun Piao, le petit inspecteur qui a connu l'hôpital psychiatrique pour dissidents, a conservé une foi ardente et une sagesse confucéenne. Presque seul contre tous, il s'attaque à la pieuvre, mène un combat prométhéen contre cet enfant du dragon, héritier monstrueux de Mao, dans un univers où les meilleurs des "camarades" n'ont pas complètement renoncé aux vieilles lunes.

L'enfant du dragon - Andy Oakes - Calmann-Lévy - 475 pages - 20,50€ - **
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche – mars 2008


à lire sur l'Obs: Chine: un nouveau patron pour lutter contre les ripoux.

 

jeudi 13 décembre 2012

Zizanie pastorale




Dans cet ouvrage écrit en Brenne, loin de ses terres toulousaines, Pascal Dessaint a trouvé une voix, une tonalité parfaite pour exprimer la séparation dramatique de l'homme et de son environnement. Un écologue réputé devenu marginal court les routes à la recherche des cadavres d'animaux. Il collectionne les preuves de nos forfaits. Personne ne comprend sa folie. Et la folie ordinaire du monde continue de tout dévaster. Magnifique.




Cruelles natures - Pascal Dessaint - Rivages thriller - 220 pages –16€ - Rivages noir (poche) – 8,15€ - ***
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche – mai 2007




 
   
Même si Pascal Dessaint range "Le bal des frelons" dans son cycle sur la nature, le lecteur sera surpris du changement de registre. La catastrophe planétaire à laquelle on assiste là, c'est celle qui se joue depuis des millénaires au sein de l'espèce la plus redoutable des prédateurs. Collez une cinquantaine de ces mammifères autour d'un clocher et vous observerez assez vite que leur capacité de nuisance les uns envers les autres est stupéfiante. Avec un  humour très noir, l'auteur dissèque les ressorts du succès. 




D'où il apparaît que sa survie en milieu hostile tient largement, pour l'échantillon observé, à la qualité de ses trois mamelles nourricières: vénalité, cupidité, voracité. Féroce et réjouissant.



Le bal des frelons – Pascal Dessaint – Rivages – 205 pages – 16€ - ***
Lionel Germain

le site de l'auteur: Pascal Dessaint





mercredi 12 décembre 2012

Cuisine amère

 
 
 Excellente idée que cette réédition de Shirley Jackson. Robert Wise adapta "La Maison hantée" d'un de ses romans et l'on retrouve dans "Nous avons toujours vécu au château" les délices empoisonnés du roman victorien. Le poison est d'ailleurs au cœur de l'intrigue. Deux sœurs se barricadent peu à peu face à l'animosité du village dans une demeure dont tous les autres occupants ont succombé à l'issue d'un repas de famille pour le moins toxique. Dans ce type de récit où l'élucidation ne peut venir que du lecteur puisque le point de vue du narrateur est aveuglé par ses zones d'ombre, on pense à Henry James. Celui de "L'autel des morts" ou de "Dans la cage". Des personnages prisonniers de rituels morbides, perdus dans une nuit indéchiffrable.
 
Nous avons toujours vécu au château – Shirley Jackson - Rivages – 235 pages – 8,75€ - ***
Lionel Germain

mardi 11 décembre 2012

Un tueur dans l'âme

 
 
 Le polar "décomplexé" de Jacques-Olivier Bosco réhabilite le machisme du héros d'aventures. Le sien s'appelle le Maudit. C'est un tueur à gages en compétition avec d'autres cinglés. Mais si ce personnage l'emporte sur le plan romanesque, c'est qu'il réveille en nous un désir enfantin de toute-puissance. Au fil d'une intrigue violente, on côtoie les proxénètes croates, les patrons des cartels et les derniers bandits corses de Paris. On finit, rassuré, par découvrir que le tueur a une âme et même un cœur de midinette.
 
 
 
Aimer et laisser mourir – Jacques-Olivier Bosco – Jigal – 265 pages – 18,50€ - **
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 9 décembre 2012

lundi 10 décembre 2012

Les arpents du diable

 
 En 1943, dans la boue gelée du Tennessee, on ne creuse pas pour chercher l'or mais pour enterrer les cadavres. Nathan Winer vit à portée de fusil de Dallas Harding, l'assassin de son père. Chacun attend son heure et les seules histoires qu'on se raconte à la veillée sont celles de ces meutes encagoulées de blanc qui ensanglantent les nuits. Après "La Mort au crépuscule", le lecteur averti saura quel seuil de désespoir il est prêt à franchir avec ce premier roman de William Gay.
 
 
 
La demeure éternelle – William Gay – Traduit de l'américain par Jean-Paul Gratias – Seuil -337 pages – 21€ - ***
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 9 décembre 2012

vendredi 7 décembre 2012

Play it again, Sam!

 
Vertige californien. Joe Gores et Ace Atkins jouent les doublures de Hammett et de son détective, Sam Spade.
 
 
 
 
 Joe Gores avait scénarisé Hammett et c'est Sam Spade qu'il ressuscite dans ce qui aurait pu être sa première aventure. Comme le précise le titre, Spade n'était pas tout seul avant l'affaire du Faucon de Malte où il apparaît pour la première et la dernière fois dans un roman. Joe Gores s'intéresse donc aux relations compliquées entre Miles Archer et Sam Spade. Leur association est conflictuelle parce que la femme de Miles en pince pour Sam. Miles est un opportuniste dont l'assassinat n'est pas sans rapport avec son sens du double jeu. On ne le regrette pas. Les puristes diront que si Hammett en avait fait l'ellipse, Joe Gores n'avait pas grand chose à ajouter. Les creux et les manques d'un récit sont destinés à solliciter le désir du texte. Puriste ou pas, on doit reconnaître à Joe Gores une grande connaissance de l'univers hammettien et son roman n'est pas une profanation ni même un hommage, plutôt une reconstruction troublante qui se lit avec plaisir.
 
 
 
 Mais c'est finalement Ace Atkins qui emporte la mise en reprenant Hammett comme personnage d'une de ses dernières enquêtes pour Pinkerton. En 1921, alors que la Prohibition provoque toutes les dérives, on assiste au lynchage médiatique de l'acteur Roscoe Arbuckle accusé de la mort d'une jeune actrice au cours d'une fête où l'alcool coulait à flots. On ignore le rôle exact qu'aurait joué Hammett dans cette affaire et c'est tout le talent de l'écrivain de réinventer le réel, l'atmosphère et la fureur du San Francisco des années vingt.
 
Spade & Archer – Joe Gores – Rivages – 300 pages – 21,50 euros - **
Le jardin du diable – Ace Atkins – Le Masque – 461 pages – 21,50 euros - ***
Lionel Germain

jeudi 6 décembre 2012

Noir AOC

Si le week-end s'annonce glacial, réchauffons-nous au soleil de Cahuenga Bd.
 
 
 
 
 Chandler fait partie du patrimoine mondial. On parle de climat chandlérien. On convoque Marlowe dès que surgit un avatar contemporain qui boit sec et bouscule l'ordre établi. Avec Hammett, il fait figure de mètre étalon d'une certaine élégance littéraire dédiée à la vulgate du crime. Avant la fatale dissection de l'œuvre dans les tripots universitaires, il y a eu la gloire suspecte hollywoodienne, Bogart-Bacall, le mythe et l'effacement du texte. Indispensable alors de retrouver l'original et la magie intemporelle de Cahuenga Boulevard.
 
 
 
The Long Goodbye - Raymond Chandler - Folio policier - 464 pages - 7,40 € -
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche – 16 novembre 2008
 
 
 
 
 
 
 
 
 Marlowe n'existe pas encore. Il est ébauché ici à travers des personnages en construction, simples silhouettes qui s'entraînent à encaisser les coups de matraque, à siffler le scotch au goulot et à se méfier des belles blondes. D'une affaire de racket à une autre, le Privé ne tient debout que grâce à une morale très personnelle et à un foie capitonné.
"A quoi allons-nous boire?", demande-t-il à la fin d'un épisode. "Contentons-nous de boire", répond le flic.
 
Les ennuis, c'est mon problème (nouvelles) – Raymond Chandler – Omnibus – Préface d'Alain Demouzon – 1191 pages – 29€ -
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche – 31 mai 2009

mercredi 5 décembre 2012

Blanche neige et noir destin



 
 Distiller l'angoisse avec ce grain d'humour qui ménage les nerfs du lecteur, voilà l'exploit que Brigitte Aubert réitère depuis "Les quatre fils du Docteur March". Une petite fille échappe au monstre qui la séquestre et trouve refuge auprès d'un clochard noir simple d'esprit dans une forêt enneigée. Parmi tous les habitants du village qui organisent la traque de son sauveur, il y a bien-sûr son bourreau, l'homme au double visage. On frise la perfection du conte.



La ville des serpents d'eau – Brigitte Aubert – Seuil – 304 pages – 20€ - ***
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 2 décembre 2012

mardi 4 décembre 2012

Au fou!

 
 
Tout le monde se souvient du livre de Ken Kesey, "Vol au-dessus d'un nid de coucou", et de la performance d'acteur de Nicholson dans l'adaptation de Milos Forman. En racontant l'histoire d'un adolescent "incarcéré" suite à une erreur judiciaire dans le pavillon des fous dangereux d'un asile en 1937, Raymond Castells retrouve une tension dramatique similaire. Bonus non négligeable, la puissance documentaire du spécialiste, psychologue clinicien, brosse un tableau terrifiant d'un système qui n'a toujours pas fini de "produire" de la folie entre ses murs.


Hôpital psychiatrique – Raymond Castells – Rivages – 600 pages – 10,65€ - ***
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 2 décembre 2012

lundi 3 décembre 2012

Maux passants





Chez Bonnie Jo Campbell, on est condamné aux forêts maléfiques de l'enfance, aux petites maisons dans la neige, à la lumière sale d'un comptoir. Les nouvelles figent l'instant où le malheur construit sa niche: une jeune toxicomane se glisse dans les draps d'un lit douillet, squatté pour une nuit, avant d'aller offrir au fleuve son désespoir, un vieux couple alcoolisé se déchire de ne pas savoir comment s'aimer. Monstrueux ou possédés, ces destins-là ne connaissent que la nuit et l'hiver.



American salvage – Bonnie Jo Campbell – traduit de l'anglais par Françoise Smith – In8 – 128 pages – 14€ - ****
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 2 décembre 2012




vendredi 30 novembre 2012

Tord-boyaux



 
Si par malheur vous vous retrouvez sur un banc du jardin public, dans un bus ou un wagon bondé de la SNCF avec le secret espoir de cultiver votre isolement par la lecture, vous risquez l’incident majeur. L’intrigue à base d’écolo-terrorisme et de lutte industrielle pour s’approprier la molécule d’un “sopo-laxatif à effet retard” est d’une efficacité redoutable contre la morosité ambiante et provoque des troubles associés qui vont de la franche rigolade à l’hilarité irrépressible. Les grincheux chroniques devront s’assurer qu’ils possèdent en outre “Un quart d'heure, pas plus” du même auteur, nouvelles publiées chez Librio. Indispensable mais non-remboursé.
 
 

La santé par les plantes - Francis Mizio – Après La Lune - 10€ - ***
Lionel Germain – Sud-Ouest-dimanche – 12 septembre 1999



 

jeudi 29 novembre 2012

On ne devrait jamais quitter Montauban.



A partir d'une photo publiée dans "Sud-Ouest" en janvier 1959, Michel Boujut réinvente la vie d'une femme. Michel Boujut est mort, le 22 mai 2011.
 
   Sur Internet, la photo est de la taille d'un timbre poste. Un front qui prend le large sous une poignée de cheveux fous, les lunettes baissées sur le nez pour laisser filer un regard ironique, un sourire qui en dit long. Professeur de philo en province, architecte, médecin de famille, le portrait invite au jeu des ressemblances. Il est forcément troublant pour qui n'avait qu'un nom en tête: Michel Boujut. Le nom évoque la caresse des balais sur une caisse claire, un saxophone enroué ou la traînée floue d'un générique des années quatre-vingts, "Cinéma-Cinéma". Romancier aussi, Michel Boujut a déjà tenté chez Arléa de réanimer une image d'archive avec "Le jeune homme en colère" photographié par Paul Strand. Aujourd'hui, c'est Marie Thérèse "qui bifurqua quand sa passion pour le jazz prit une forme excessive".


 
Sur cette photo de "Sud-Ouest", on la voit aux côtés du chanteur de blues Big Bill Broonzy. Une jolie jeune femme dans un tailleur noir. Elle sourit parce qu'elle ignore encore qu'elle sera un jour l'héroïne d'un fait divers tragique. C'est cette collision entre la photo et la légende du rédacteur qui donne  envie à Michel Boujut de déchiffrer l'énigme. Marie-Thérèse était la fille d'un colonel de gendarmerie de Montauban. Une éducation sans faille et un gouffre d'ennui. 



La jeune fille épingle les interdits au revers de ses journées interminables. Le jazz sera sa subversion. Elle retrouve chez Billie Holiday une détresse qui la fascine. Elle fréquente un bras cassé qui la malmène. Il finira par tuer le patron d'une boite de jazz toulousaine. Fin de l'histoire.

La photo judiciaire interdit la profondeur de champ. Michel Boujut prend le prétexte de cette biographie romancée pour l'élargir à l'extrême. On revisite les années soixante, la guerre du swing menée par le guru totalitaire du Hot Club de France, Hugues Panassié, la lutte des classes larvée au cœur de cette affaire, le cinéma avec Gérard Barray, "chevalier de Pardaillan", la tribu des de Caunes avec le grand-père avocat, les ambiances poisseuses de Goodis, les nocturnes de Melville… Où l'on apprend avec l'âge que les femmes fatales ne le sont souvent qu'à elles-mêmes. On ne devrait jamais quitter Montauban.

La vie de Marie-thérèse - Michel Boujut - Rivages - 175 pages - 7,50€
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - mars 2008















mercredi 28 novembre 2012

Les dames du lac

 
 
 
 
 Patrice Pelissier construit un face à face très contrasté entre un capitaine de police et un major de gendarmerie. Le flic des villes est l'archétype du héros de roman noir avec sa femme dans le coma et sa dépression très tendance. Le flic des champs cultive son côté rustique et aimerait bien comprendre pourquoi le nom de son collègue est retrouvé inscrit sur un papier dans la main d'un cadavre. Autour d'un trésor abandonné par les nazis, blotties près d'un lac dont les brumes n'exhalent que des mauvais souvenirs, les femmes de ce village provençal sont l'atout maître. Trahies, courtisées mais avares des secrets qui font le sel d'un bon suspense.

Le testament noir – Patrice Pelissier – Presses de la Cité – 290 pages – 19€ - **
Lionel Germain - Sud-Ouest-dimanche - 25 novembre 2012



Auteurs

Abbott Jeff Abbott Megan Abeille Jacques Abel Barbara Abtey Benoît Adàm Anne Adamson Gil Aden Thomas ADG Adler-Olsen Jussi Agualusa José Eduardo Aguinaldo Silva Aichner Bernhard Ajvaz Michal Alaux Jean-Pierre Alden Rebecka Aldiss Brian Alexandre Laurent Allyn Doug Alsterdal Tove Amand Patrick Ambrose David Amila Jean Amoz Claude Anderson Poul Andrevon Jean-Pierre Andriat Frank Anger Kenneth Angevin David Ani Friedrich Appers Alexandra Arbol Victor del Argemi Raùl Arion George Aristégui Marie-Claude Arnott Jake Arnould Jacques Arthur G.D. Asimov Isaac Aspe Pieter Astier Ingrid Atkins Ace Aubarbier Jean-Luc Aubenque Alexis Aubert Brigitte Audru Guillaume Augusto Edyr Aurousseau Nan Ayerdhal Ayres Jedidiah Bablon Jacques Ball Toby Banks Iain M. Bannel Cédric Banville John Barbato Paola Barbet Pierre Barclay Linwood Barde-Cabuçon Olivier Barker Clive Baronian Jean-Baptiste Barr Nevada Barrière Michèle Barski Odile Bartelt Franz Barton Fiona Bassoff Jon Bathelot Lilian Bauwen Patrick Baxter Stephen Bayer William Beaulieu Bradley P. Bec Raoul Behm Marc Beinhart Larry Bell David Bell Sarah Benedetti Caroline de Benotman Abdel Hafed Benson Stéphanie Berg Alex Bergal Gilles Berry Steve Beuglet Nicolas Beukes Lauren Beutin Philippe Beverly Bill Bilal Parker Bill Frank Bindner Christian Birkefeld Richard Bizien Jean-Luc Bjork Samuel Black Benjamin Blake James Carlos Blanche Francis Bloch Robert Block Lawrence Bofane In Koli Jean Bohler Sébastien Boireau Jacques Boissel Xavier Bonini Carlo Bonnot Xavier-Marie Bordage Pierre Bosch Xavier Bosco Jacques-Olivier Bossi Luc Bouchard Nicolas Bouchery Sébastien Bouhier Odile Boujut Michel Boulay Bill Boulle Pierre Bourcy Thierry Bourrel Anne Bouysse Franck Box C.J. Boyle William Bradbury Jamey Bradbury Ray Braithwaite Oyinkan Bridenne Jean-Jacques Bronnec Thomas Brooks-Dalton Lily Brown Fredric Brown Larry Browne S.G. Bruen Ken Bruet-Ferreol Jean-Denis Brun Thierry Brunet Marion Brussolo Serge Bryndza Robert Buchholz Simone Buisson Jean-Christophe Burke James Lee Burke Shannon Burnet Graeme Macrae Bussi Michel Cacciatore Giacomo Caldwell Erskine Caldwell Ian Calestrémé Natacha Calligaro Maxime Camaille Serge Camilleri Andrea Campagne Jean-Pierre Campbell Bonnie Jo Canigüz Alper Cantaloube Thomas Card Orson Scott Cardère Éric Carey M.R. Cargnelutti Patrick Carlier Christophe Carlotto Massimo Carlsson Christoffer Carrisi Donato Casey Jane Cash Wiley Caspary Vera Castells Raymond Castro Joy Catani Vittorio Cavanaugh Tony Cayre Hannelore Cazaubon Bernard Celestin Ray Cerutti Fabien Chabon Michael Chainas Antoine Chalumeau Laurent Chamoiseau Patrick Chandler Raymond Charyn Jérôme Chattam Maxime Chaumeil Jean-Paul Chérel Guillaume Cherrière Éric Cherruau Pierre Chesterton G.K. Chevron Michel Chiang Ted Chirovici E.O. Chmielarz Wojciech Chneiweiss Arnaud Chomarat Luc Christie Agatha Cixin Liu Claret Alain Clark Marcia Clark Mary Higgins Claude Hervé Clavel Fabien Cleveland Karen Cloche Émeric Coatmeur Jean-François Coben Harlan Cocco Giovanni Cohen-Scali Sarah Cole Martina Coleman Reed Farrel Colin-Olivier Philippe Colize Paul Collette Sandrine Commère Hervé Compère Daniel Connolly J.J. Connolly John Contrucci Jean Cook Thomas H. Corrêa Alvim Corwin Miles Costantini Chris Costantini Roberto Couao-Zotti Florent Courbou Michèle Courtois Grégoire Crabb Ned Crais Robert Crews Harry Crichton Michael Crifo Thierry Crombie Deborah Crouzet Vincent Crumley James Curval Philippe D.J. Duclock d'Aillon Jean D'Ovidio Pierre Dac Pierre Daeninckx Didier Damasio Dard Frédéric Darlton Clark Darnaudet Boris Darnaudet François Daviau Mo Davidsen Leif Day Elizabeth Day Thomas Dayau Dominique Dazieri Sandrone De Cataldo Giancarlo De la Pava Sergio Decca Hervé Defendi David Degli Antoni Piero Delafosse Jérôme Delany Samuel R. Delperdange Patrick Delteil Gérard Delzongle Sonja Demaris Ovid Demeillers Timothée Demouzon Alain Demure Jean-Paul Deniger Alex Denjean Cécile Depp Daniel Derey Jean-Claude Deschodt Pierre Descott Régis Desjours Ingrid Desmurger Christophe Dessaint Pascal Develde Arnaud Di Rollo Thierry Dick Philip K. Dicker Joël Dietrich Pascale Dieudonné Adeline Disch Thomas DOA Dolan Eva Doolittle Sean Doronine Andreï Downey Timothy Dozois Gardner Drews Christine Druillet Philippe Duchon-Doris Jean-Christophe Dufour Catherine Dugoni Robert Dumas Alexandre Dumeste Bertrand Duplessier Nicolas Duret Alain Eastland Sam Ebersohn Wessel Echenoz Jean Edugyan Esi Edwardson Ake Egan Greg Ekberg Anna El Makki Laura Elizarov Mikhaïl Ellis David Ellory R.J. Ellroy James Elo Elisabeth Elsberg Marc Embareck Michel Engh M.J. Eriksson Kjell Ewa Julie Ewers Hanns Heinz Expert Jacques Fabre Cédric Fager Anders Faget Dominique Faivre-d'Arcier Jeanne Fajardie Frédéric Falk Rita Fallaras Cristina Farmer Philip José Farrell Henry Farris Peter Fast Howard Faust Christa Fava Claudio Favan Claire Faye Estelle Faye Lindsay Feinmann José Pablo Fel Jérémy Férey Caryl Fernandez Marc Ferris Gordon Filoche Gérard Finn A.J. Fintoni Lionel Fitch Stona Fitzek Sebastian Fleischhauer Wolfram Flint Emma Fogel Benjamin Fontana Giorgio Forma Dominique Fortin André Fouassier Éric Fournié Isabelle Freeling Nicolas Freeman Castle Frégni René French Nicci French Tana Fructus Nicolas Fuller William Gagnol Alain Gailey Samuel W. Gain Patrice Galhos Diniz Galina Maria Gangemi Mimmo Garcia Rosado Pedro Garcia-Roza Luiz Alfredo Gardner Lisa Garlini Alberto Garnier Pascal Gault William Campbell Gauthier Brigitte Gay Olivier Gay William Gazan Sissel-Jo Gechter Olivier Geffray Élodie Gélin Simone Gely Cyril Gendron Sébastien Genève Max Geni Abby George Elizabeth Georget Philippe Gerhardsen Carin Giacometti Éric Giébel Karine Gilbers Harald Gildiner Catherine Gillio Maxime Glot Claudine Glukhovsky Dmitry Goines Donald Goldberg Tod Goldsmith Martin M. Goldstein Lisa Gordon David Gordon Neil Gores Joe Gorodischer Angelica Gouiran Maurice Gour Batya Gourio Jean-Marie Grand Emmanuel Grangé Jean-Christophe Granotier Sylvie Green Norman Gregory Daryl Grey S.L. Grimes Martha Grisham John Grote Paul Gruber Andreas Grundmann Pierre Guay Patrick Guedea Rogelio Guéraud Guillaume Guérif François Guez Jérémie Guillaume Laurent Guillaumot Christophe Guillen Rémy Guittaut Pierre Gundar-Goshen Ayelet Guttentag Bill Guttridge Peter Guyot Gildas Hachmeister Göran Haley Guy Hamilton Edmond Hamilton Ian Hamilton Peter F. Hammett Dashiell Hamon Alain Hampson H.J. Hannah Sophie Haquet Charles Harang Jean-Baptiste Harper Jane Harper Jordan Harrington Kent Harris Oliver Harris Robert Harrison A.S.A. Harrison Colin Harvey John Hauret Philippe Hawken Sam Hawkins Paula Hawkins Scott Hayder Mo Heinichen Veit Hemingway Ernest Hénaff Sophie Henneberg Nathalie Henninger Bernard Henriksen Levi Henzell Perry Hériot Frank Hermanson Marie Hernandez Vladimir Herrmann Elizabeth Herron Mick Hespel Patricia Higashino Keigo Hill Joe Hillenbrand Tom Himes Chester Hinkson Jake Hlasko Marek Hofmann Sabine Hogan Chuck Holly Chloé Holmen Martin Holmqvist Karin Brunk Honda Tetsuya Hoskins Richard Hossain Saad Z. Hrbek Greg Hubert Jocelyne Huebner Fredrick Humbert David Hunter Lindsay Iles Greg Incardona Joseph Indridason Arnaldur Izner Claude Jablonka Ivan Jaccaud Frédéric Jackson Shirley Jahn Ryan David James Bill James P.D. James Peter Jaouen Hervé Jeambar Denis Jeffers H. Paul Jensen Liz Jeury Michel Johnson Craig Jolibert Stéphane Joly Eva Jones Stan Jonquet Thierry Jordan Neil Josaphat Fabienne Jourdain Hervé Joy David Joyce Graham Jubert Hervé Kallentoft Mons Kaminsky Stuart Kanon Joseph Kardos Michael Katz Gabriel Katz Krefeld Michael Katz William Kauffmann Alexandre Kaufman Amie Kazinski A.J. Keller Stéphane Kelly Thomas Kepler Lars Kepnes Caroline Kermici Sylvain Kerr Philip Khara David S. Khemlin Margarita Kiernan Stephen King Stephen Kirk Shannon Kleinmann Philippe Klimacek Viliam Kloetzer Laurent Knox Joseph Kokotukha Andriy Koontz Dean Kovarni Liz Kress Nancy Krishnan Arun Kristoff Jay Labarre Nicolas Ladouari Laurent Lagercrantz David Laguerre Philippe Laigle Jean-Pierre Lalumière Jean-Claude Lamar Jake Landis Geoffrey A. Langer Adam Lansdale Joe R. Lapeyre Bénédicte Lapid Shoulamit Larsson Asa Lavenant Eugénie Le Guin Ursula Le Roy Philip Lebel Nicolas Leblanc Claude Leblanc Maurice LeCarré John Lecaye Alexis LeCorre Hervé Ledesma Francisco Gonzalez Ledun Marin LeFur Yann-Fanch Legay Piet Legendre Cyrille Legras Jérôme Lehane Dennis Lehmann Christian Lehoucq Roland Leiber Fritz Lemaitre Pierre Lenglet Alfred Lenormand Frédéric Lenot Alexandre Leon Donna Leonard Elmore Leroy Jérôme Lescarret Philippe Levin Edmund Levison Iain Ligner Meddy Lindgren Torgny Liu Ken Lizion Dorothée Loevenbruck Henri Lortchenkov Vladimir Lotz Sarah Loubière Sophie Loubry Jérôme Loughran Peter Lous Alexandre Loustal Lovecraft Lövestam Sara Lovitt Zane Luce Christine Lucius Walter Lucovich Jean Pierre de Lunde Maja Lutteman Marcus luvan MacBride Stuart Mackay Malcolm Maclean Charles Madani Karim Magella Amneris Maggiori German Magnason Andri Snaer Mahjoub Jamal Mai Fred de Mai Jia Mako Malajovich Gustavo Mallock Malte Marcus Malzberg Barry Manchette Jean-Patrick Maneval Éric Manfredi Astrid Mannara Franco Manook Ian Manotti Dominique Manzor René Maravélias Éric Marcel Patrick Marinina Alexandra Markaris Petros Markogiannakis Christos Marpeau Elsa Mars Frédéric Marsh Ngaio Martin Andreu Martin Dannie M. Martin George R. R. Martin Roger Martinez Augustin Martinigol Danielle Marty Patrick Marx Thierry Masali Luca Matas Richard Matheson Richard Matheson Richard Christian Mathieu Nicolas Matthews Jason Maurois André Mausoof S. May Peter McBain Ed McCall Smith Alexander McCallin Luke McCrary Mike McDermid Val McDonald Ian McDonald John Ross McGrath M.J. McGuire Ian McHugh Laura McIlvanney Liam Meddi Adlène Médéline François Mediavilla Philippe Mehdi Cloé Melnik Jaroslav Meno Joe Mention Michaël Mesplède Claude Messac Régis Meyer Deon Michaud Andrée A. Middleton T.J. Miéville China Milian Clément Millar Martin Millar Sam Miller Jax Miller Sylvie Miloszewski Zygmunt Minier Bernard Minville Benoît Mishani Dror Mizio Francis Moatti Michel Molfino Miguel Angel Monfils Nadine Monroe J.S. Monsour Jean Montalban Montelius Magnus Moore Viviane Morata Anne-Laure Morgan Janet Morgenroth Kate Morgiève Richard Morris Mary Morris Ronald L. Morris William Mosconi Patrick Mosley Walter Motta Philippe Muir William Mulder Caroline de Mullen Thomas Müller Xavier Musso Valentin Naam Ramez Naceri Bibi Nahapétian Naïri Nesbo Jo Neubauer Nicole Neuser Marie Neuvel Sylvain Neville Stuart Newitz Annalee Nicol Mike Nicolas Christophe Niel Colin Nikitas Derek Nirvanas Paul Nisbet Jim Nogaro Jean-Louis Norek Olivier Noriega Alfredo Nougué Martine Nozière Jean-Paul Nugent Liz Nunn Kem O'Callaghan Billy O'Malley Thomas O'Neil Louise O'Sullivan Colin Oakes Andy Offut Chris Okorafor Nnedi Olafsson Jon Ottar Oliva Éric Olsberg Karl Olson Michael Oppel Jean-Hugues Osborne J. David Otsiemi Janis Pagan Hugues Pagel Michel Paillard Jean-François Pair Stéphane Palahniuk Chuck Palewska Marie Palliser Charles Palou Pedro Angel Paris B.A. Parker Robert B. Parot Jean-François Parry Patricia Parys Magdalena Patsouris David Patterson James Paulin Frédéric Pavloff Franck Pavone Chris Peace David Pécherot Patrick Pelissier Patrice Pelot Pierre Pendown Léa Perrignon Judith Perry Anne Perry Karen Persson Giolito Malin Persson Leif GW Petry Ann Philippon Benoît Phillips Gin Piacentini Elena Picard Mathieu Piersanti Gilda Pines Paul Pinpin Jean-Christophe Pirozzi Gianni Plantagenet Anne Platini Vincent Platt Sean Pochoda Ivy Poe Edgar Poldelmengo Luca Polin Isabelle Pötzsch Oliver Pouchairet Pierre Pouy Jean-Bernard Poznanski Ursula Pratchett Terry Prévost Guillaume Price Richard Priest Christopher Prolongeau Hubert Pronzini Bill Prudon Hervé Przybylski Stéphane Punke Michael Purdy Graham Douglas Quadruppani Serge Queen Ellery Quercia Boris Quint Michel Quirk Matthew Ragougneau Alexis Raizer Sébastien Rambach Anne Randall Marta Rankin Ian Rash Ron Ravelo Alexis Ravenne Jacques Raynal Patrick Rechenmann Guy Redondo Dolores Reig Rafael Renberg Tore Rendell Ruth Renner James Reydi-Gramond Christophe Ribas Rosa Robillard Chantal Robinne Éric Robinson Frank M. Robinson Jeanne Robinson Kim Stanley Robinson Todd Rogneby Jenny Rolland Tobby Rollins James Rolon Gabriel Roncaglio Santiago Rosen Leonard Roslund et Hellström Rotella Sebastian Roux Christian Rouz Martin Rowe Michèle Roy Lori Ruaud André-François Rubenfeld Jed Ruellan André Rufin Jean-Christophe Rumeau Jean-Pierre Runcie James Ryck Francis Rydahl Thomas Saadawi Ahmed Sadoul Barbara Sainz de la Maza Aro Sakey Markus Salabert Juana Salamé Barouk Salem Carlos Sallis James San-Antonio Sanchez Thomas Sanders Louis Sanderson Brandon Sansom C.J. Santaki Rachid Sard Hervé Sarid Yishaï Sarthor Jacques Scalese Laurent Scerbanenco Giorgio Scheer K.H. Schenkel Andrea Maria Schlesser Gilles Schreiber Joe Schwartzmann Jacky Scott James Sebhan Gilles Seethaler Robert Seigneur Olivier Selek Pinar Sender Elena Sers Caroline Serviss Garett P. Seskis Tina Setbon Philippe Séverac Benoît Shahid Hamid Omar Shangdi Taiping Shaw William Sheridan Le Fanu Shoham Liad Sigurdardottir Yrsa Silverberg Robert Simenon Simon Chris Simonay Bernard Simonin Albert Simsolo Noël Sivan Isabelle Slaughter Karin Sliders Tim Slocombe Romain Smith Dan Smith Michael Farris Smith Roger Somoza José Carlos Soula Denis Soulié François-Henry Sounac Frédéric Souvira Jean-Marc Spider Spillane Mickey Spinrad Norman Spitz Jacques St. Germain Justin Staal Eva Maria Stahl Jerry Starr Jason Steeman Stanislas André Steiner Kurt Steinhauer Olen Sten Viveca Stevens Chevy Stock Suzanne Stokoe Matthew Stolze Pierre Straub Peter Styron William Suaudeau Julien Sullivan Randall Sund Eric Axl Swanson Peter Swierczynski Duane Swindells Robert Sylvain Dominique Tabachnik Maud Tackian Niko Tafforeau Jean-Luc Takano Kazuaki Tallent Gabriel Tanugi Gilbert Taveau Olivier Taylor Alex Temple Peter Teodorescu Bogdan Tézenas Hubert Thiéry Danielle Thilliez Franck Thomas David Thomas Louis C. Thomazeau François Thompson Carlene Thompson Jim Thorarinsson Arni Tiab Ahmed Tixen Élisa Topin Tito Totth Benedek Tremayne S.K. Trouadec Yves Truc Olivier Trudmann Gustav Tucker Neely Turow Scott Uebel Tina Unsworth Cathy Vagner Yana Van Moere Marie Vance Jack Vandroux Jacques Varela José Varenne Antonin Varesi Valerio Vas-Deyres Natacha Vautrin Jean Veaute C.M. Védrenne Julien Veloce Viola Verne Jules Vian Boris Villard Marc Vincent Gilles Vindy Marie Vinson Sigolène Viola Alessio Vix Élisa Wahlöö Per Wainwright John Waite Urban Waites Martyn Walker Martin Walker Sarai Walter Jess Walton Jo Wambaugh Joseph Ward Philippe Ware Ruth Watkins Paul Watson S.J. Watts Peter Weber Jean Weisbecker A.C. Wells H. G. Welsh Louise Westlake Donald Whale Laurent Wheeler Jr Frank Whitmer Benjamin Wieners Annette Wiles Will Wilhelm Marie Willeford Charles Williams Charles Williams Philip Lee Williamson Eric Miles Willmann Thomas Willocks Tim Wilms Anila Wilson Robert Charles Winkler Mark Winnette Colin Winslow Don Wolf Inger Wolf Tobias Wolfe Bernard Womersley Chris Wright David Xerxenesky Antonio Xiaolong Qiu Xiradakis Jean-Pierre Yi-Feng Kao Yokoyama Hidéo Young David Young Heather Yu Charles Zamiatine Evgueni Zanon Carlos Zárate José Luis Zeimet Nicolas Zelazny Roger Zellweger Mark Zimler Richard Zinos-Amaro Alvaro